Musique

Publié le 3 Janvier 2011

 

 

 

Sonnet allégorique de lui-même


 

La Nuit approbatrice allume les onyx
De ses ongles au pur Crime, lampadophore,
Du Soir aboli par le vespéral Phoenix
De qui la cendre n'a de cinéraire amphore

Sur des consoles, en le noir Salon : nul ptyx,
Insolite vaisseau d'inanité sonore,
Car le Maître est allé puiser de l'eau du Styx
Avec tous ses objets dont le Rêve s'honore.

Et selon la croisée au Nord vacante, un or
Néfaste incite pour son beau cadre une rixe
Faite d'un dieu que croit emporter une nixe

En l'obscurcissement de la glace, décor
De l'absence, sinon que sur la glace encor
De scintillations le septuor se fixe.

 

 

Stéphane MALLARMÉ (1842-1898) in "Poésies".

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

Zechiffe 05/01/2011 13:06



http://www.lepost.fr/medias/www/1.0.422/pdf/img-104174419-0001.pdf



annco 05/01/2011 11:51



auriez vous la lettre de Chatel à propos du langade de notre président


bonne année et merci pour le blog



mémé94 03/01/2011 15:25



Hermétique...vous avez dit hermétique...



becassine 03/01/2011 09:51



Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à trouver ce sonnet un peu "ampoulé" ! Début de semaine... Début d'année... Ca en fait des excuses !!! Tous mes voeux à vous même et à Dame
MTSA, merci encore et encore pour tout ce plaisir que vous partagez avec nous et tous mes voeux à ces amis virtuels qui vous visitent comme moi et dont je me régale à lire les commentaires!
Bisous Bonne journée Liliane



nikita 03/01/2011 09:37



Seigneur! c'est beau certes...mais là, ce matin, j'y trouve des mots pour le scrabble!!!


Et s'il y a encore une grève SNCF, je les traiterai de "lampadophores"...