Violatres.

Publié le 11 Mars 2013

 

 

 


 

 

Les colchiques



Le pré est vénéneux mais joli en automne
Les vaches y paissant
Lentement s'empoisonnent
Le colchique couleur de cerne et de lilas
Y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-la
Violatres comme leur cerne et comme cet automne
Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne

Les enfants de l'école viennent avec fracas
Vêtus de hoquetons et jouant de l'harmonica
Ils cueillent les colchiques qui sont comme des mères
Filles de leurs filles et sont couleur de tes paupières

Qui battent comme les fleurs battent au vent dément

Le gardien du troupeau chante tout doucement
Tandis que lentes et meuglant les vaches abandonnent
Pour toujours ce grand pré mal fleuri par l'automne.


Guillaume Apollinaire (1880 - 1918) in "Alcools"
En 2013 centenaire de la parutin d' Alcools.

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

zouzou 15/03/2013 19:14


cela me fait penser à une chanson que j'aimais beaucoup étant petite...


bon week-end


christine (plomelin)


 


Colchiques dans les prés


Paroles et Musique:
Francine COCKENPOT

1
Colchiques dans les prés
fleurissent fleurissent
Colchiques dans les prés
C’est la fin de l’été

Refrain
La feuille d’automne emportée par le vent
En ronde monotone tombe en tourbillonnant

2
Châtaignes dans les bois
Se fendent se fendent
Châtaignes dans les bois
Se fendent sous les pas

3
Nuages dans le ciel
s’étirent s’étirent
Nuages dans le ciel
S’étirent comme une aile

4
Et ce chant dans mon coeur
murmure murmure
Et ce chant dans mon coeur
Appelle le bonheur

Mamounette 12/03/2013 11:05


ce poème est un de mes préférés

Maman Pop 11/03/2013 16:50


Mes études sont lointaines, et mon français,mon vocabulaire ..... Merci

fanarose 11/03/2013 13:39


Ces alcools là ne me saoulent jamais et continuent à m'énivrer .. Merci !


 

Maxante 11/03/2013 12:42


J'aime beaucoup Appolinaire, merci de nous rappeler, les poésies


de notre enfance...je ne savais pas que les vaches mangeaient les colchiques ?