Villedieu les poils.

Publié le 16 Novembre 2009



Jouissance.

Aujourd'hui dans tes bras j'ai demeuré pâmée,
Aujourd'hui, cher Tirsis, ton amoureuse ardeur
Triomphe impunément de toute ma pudeur
Et je cède aux transports dont mon âme est charmée.

Ta flamme et ton respect m'ont enfin désarmée ;
Dans nos embrassements, je mets tout mon bonheur
Et je ne connais plus de vertu ni d'honneur
Puisque j'aime Tirsis et que j'en suis aimée.

O vous, faibles esprits, qui ne connaissez pas
Les plaisirs les plus doux que l'on goûte ici-bas,
Apprenez les transports dont mon âme est ravie !

Une douce langueur m'ôte le sentiment,
Je meurs entre les bras de mon fidèle Amant,
Et c'est dans cette mort que je trouve la vie.


Marie-Catherine-Hortense de VILLEDIEU   (1632-1683)  in "Recueil de Poésies de mademosielle Desjardins". .

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

becassine 19/11/2009 08:35


Ah la belle poèsie !!  Ca nous change ( à peine ) de ce que l'on entend au quotidien et cela me sied !!! bisous Liliane la mamie pouet pouet


TANNE 16/11/2009 13:44


La belle Hortense est-elle vraiment une Sourdine (native de Villedieu les Poêles où on devient sourd d'entendre les cloches ici fondues)? Ce serait bien agréable... Dans les environs proches de
Villedieu je vous signale Sautechevreuil, Chérencé Le Héron, St Martin le Bouillant et son délicieux pont de Trompesouris..
Voilà c'était la visite du coin de mes origines, étonnez-vous que je sois gâteuse devant toutes bêtes et bestioles!


jeanne zellner 16/11/2009 06:13


Bonjour MTSA, 
Beau début de semaine, une telle poésie au réveil ! broderie de mots, petits points et les jours filent si vite.
cordialement.
jeanne