Rentrée ...

Publié le 3 Septembre 2012

 

 


 

 

Une heure de septembre


 

Comme enfermés et secoués
En un sac invisible,
Une ronde de moucherons
Tourne dans le soleil.

L’après-midi finit : l’air est vermeil.
Ainsi que de longues glissoires d’or,
Des bandes de clarté obliques
Passent entre les troncs
Et s’étendent sur les gazons.

Dans un pli de terrain,
Un fin brouillard
Se lève;
Et l’envol d’un oiseau
Courbant la branche d’un bouleau,
Deux feuilles mortes
Tombent dans l’eau.


Émile VERHAEREN (1855-1916) in "Toute la Flandre".

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

Marie 18/09/2012 13:57


La fin du poème ressemble un peu aux Haiku. Verhaeren aurait-il voyagé au Japon ?

Noune 03/09/2012 22:04


Toujours un grand bonheur que de vous lire, merci encore pour le partage de tous ces beaux textes.
Très bonne rentrée à vous.


Bien sincèrement.


 

marlie 03/09/2012 19:59


Poésie de saison...

jourdain 03/09/2012 19:57


C'est simple et beau. Bonne rentée.

Maryse56 03/09/2012 18:11


Un pur moment de délice.


On s'imagine y être dans ce paysage.