Pensées de violette.

Publié le 8 Avril 2013

 

 

 


 

 

 

La violette

 

                    Un violette croissait à l 'ombre dans la prairie, ignorée, sous le feuillage qui la cachait à tous les regards. Par là vient à passer une jeune bergère, au pied léger, à l esprit joyeux qui traverse en chantant la riante vallée.


               "Hélas! s'écrie la violette, que ne suis je pour un seul moment une des plus belles fleurs  de la nature: j' attirerais l' attention de cette aimable jeune fille; elle me cueillerait, me placerait sur son sein. Ah ! je paierais volontiers de ma vie cet instant de bonheur!"


                Mais, hélas!  la bergère insouciante passe sans remarquer l 'humble violette. La fleur tombe sous ses pas; expirante, elle s écrie encore "Je meurs au moins satisfaite, je meurs pour elle, par elle et à ses pieds."

 

 

Goethe (Johann Wolfgang von Goethe) 1749 -1832, "Das Veilchen" poéme traduit de l' allemand par Mme E. Panckouke.

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

Mamounette 10/04/2013 09:18


bonjour


j'ai retrouvé le texte de Colette


Et les violettes elles-mêmes, écloses par magie dans l'herbe, cette nuit, les reconnais-tu ? Tu te penches, et
comme moi tu t'étonnes;-ne sont-elles pas, ce printemps-ci, plus bleues ? Plus mauves... non plus bleues (...) Cesse cette taquinerie ! Porte plutôt à tes narines le parfum invariable de ces
violettes changeantes et regarde, en respirant le philtre qui abolit les années, regarde comme moi ressusciter et grandir devant toi les printemps de ton enfance !... Plus mauves... non plus
bleues... Je revois des prés, des bois profonds que la première poussée des bourgeons embrume d'un vert insaisissable... Violettes à courte tige... et violettes d'un blanc bleu veiné de nacre
mauve, - violettes de coucou anémiques, qui haussent sur de longues tiges leurs pâle corolles inodores... Violettes de février, fleuries sous la neige, déchiquetées, roussies de gel, laideronnes,
pauvresses parfumées... O violettes de mon enfance ! Vous montez devant moi, toutes, vous treillagez le ciel laiteux d'avril, et la palpitation de vos petits visages innombrables
m'enivre... 


je vais allerchez ma mercière péférée et craquer sur votre livre..


Bonne journée


 

Mamounette 08/04/2013 22:43


Très joli texte


Il faut que je retrouve celui de Colette...


Bonne soirée

Edwige 08/04/2013 14:56


gros problèmes avec Orange, je ne peux poster comme je veux mais je peux vous lire tout le temps !! merci pour tous ces partages et ces belles poésies ! Les dernières photos des broderies étaient
magnifiques et agréables au souvenir !!


bonne journée


Bien amicalement

Maryse56 08/04/2013 11:57


Une violette masochiste ?


 

bbbfran 08/04/2013 11:18


Je ne suis point cette bergère, je me penche toujours vers cette petite merveille, ma couleur préférée... La violette de Rouen, espèce endémique:
http://www.76actu.fr/lincontournable-violette-de-rouen_963/ . Douce semaine, heureuse d'avoir conversée avec vous dimanche Marie-Thérèse, au plaisir. Francoise76