Les Souffrances du jeune Wermut.

Publié le 19 Novembre 2012

 

 


 

 

               ... Allez, la musique.


               Oui, bonnes gens, c’est moi qui vous ordonne de brûler, sur une pelle, rougie au feu, avec un peu de sucre jaune, le canard du doute, aux lèvres de vermouth, qui, répandant, dans une lutte mélancolique entre le bien et le mal, des larmes qui ne viennent pas du cœur, sans machine pneumatique, fait, partout, le vide universel. C’est ce que vous avez de mieux à faire.


               Le désespoir, se nourrissant avec un parti pris, de ses fantasmagories, conduit imperturbablement le littérateur à l’abrogation en masse des lois divines et sociales, et à la méchanceté théorique et pratique. En un mot, fait prédominer le derrière humain dans les raisonnements. Allez, et passez-moi le mot ! L’on devient méchant, je le répète, et les yeux prennent la teinte des condamnés à mort. Je ne retirerai pas ce que j’avance. Je veux que ma poésie puisse être lue par une jeune fille de quatorze ans.


               La vraie douleur est incompatible avec l’espoir. Pour si grande que soit cette douleur, l’espoir, de cent coudées, s’élève plus haut encore. Donc, laissez-moi tranquille avec les chercheurs. À bas, les pattes, à bas, chiennes cocasses, faiseurs d’embarras, poseurs ! Ce qui souffre, ce qui dissèque les mystères qui nous entourent, n’espère pas. La poésie qui discute les vérités nécessaires est moins belle que celle qui ne les discute pas. Indécisions à outrance, talent mal employé, perte du temps : rien ne sera plus facile à vérifier ...

 

 

Isidore Ducasse, Comte de Lautréamont.(1846-1870) in "Poésies I".

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

fanarose 19/11/2012 13:42


Alléchant...sans aucun mal... d'aurore ou d'après-midi !

maryse56 19/11/2012 10:47


Vive Isidore !

Gene 11 19/11/2012 09:52


Encore une découverte pour moi. Et qu'elle modernité dans les idées de ce texte qui aurait  pu être écrit de nos jours......

Marie-Claire 19/11/2012 09:20


toujours des beau poèmes

marlie 19/11/2012 07:28


Merci de nous cultiver de si bon matin !!