Les goûts frivoles deviennent souvent une cause de perdition.

Publié le 22 Février 2010



... Les devoirs intimes de la famille ...



http://www.archive-host2.com/membres/images/1336321151/balades/aef/2010/6_tm1.jpg
http://www.archive-host2.com/membres/images/1336321151/balades/aef/2010/6_tm2.jpghttp://www.archive-host2.com/membres/images/1336321151/balades/aef/2010/6_tm3.jpghttp://www.archive-host2.com/membres/images/1336321151/balades/aef/2010/6_tm4.jpg
Extrait d'un manuel d'enseignement de travaux pratiques, circa 1900 paru aux Editions A. Mame & Fils, à Tours (vu à l'AEF).

Publié dans #pouasie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

mariejo 26/02/2010 09:27


je reconnais bien la ce que maman nous disaient,en plus les filles sortaient de l'école,a 14 ans en sachnat tout faire,pourtant elle n'aurai que 69 ans,les temps ont bien changés


ravel 22/02/2010 19:33


je ne pensais pas "ressortir" ce texte de février 2008, mais l'occasion est trop belle !
voilà tout ce que je pense de vous ; brodeuses, je vous aime !


ravel 22/02/2010 19:28


... assise sur cette vieille chaise, un coussin amortissant la dureté de la paille, les bras calés sur les accoudoirs, le tissu emprisonné dans le rond d'une main, l'aiguille et le fil de l'autre,
aux doigts abîmés pr tant de broderies,
elle est là
près de la fenêtre, où la lumière vient inonder l'ouvrage, où les chats sommeillent, d'où l'on voit la rue,
elle est là
les doigts déformés poussent l'aiguille, tirent le fil, façonnent le motif, la croix, la lettre, le chiffre, l'abécédaire, tête penchée, lunettes au bout du nez,
elle est là
en la voyant, je repense aux brodeuses de la bretagne de mon enfance, ombres aux fenêtres, sans elles les pièces de la maison étaient vides,
elles étaient là
ces brodeuses, qui après les tâches journalières, brodaient la veste ou le chapeau de l'homme parti aux champs, en mer,
elles étaient là
toutes ces femmes, innombrables, anonymes, ces dentelières, ces couseuses, ces brodeuses, ces couturières,
elles étaient là
la patience, la confiance, l'amour du métier bien fait, la tradition gardée,
tout est là ...


marie 22/02/2010 14:55


Merci pour les très beaux livres de broderies que vous créez .
Mais dans quel région de France habitez-vous ,
marie


jeanne 22/02/2010 14:41


Hé oui, c'est à la fois si loin et si près l'année 1900 ! Une de mes grands mères
née en 1888 était bergère à 10 ans et raccomodait en gardant les animaux.
J'ai d'elle un trésor, une serviette de table  finement brodées à son monogramme !
Quand je pense à la corvée qu'était pour moi le cours de couture, et au bonheur que je prends maintenant à faire des petites croix !!!
Merci pour ce rappel du passé. bonnes vacances.
 jeanne