L' arme fataliste.

Publié le 13 Août 2012

 

 

 


 

 

jacques.

C’est la fable de la Gaîne et du Coutelet. Un jour la Gaîne et le Coutelet se prirent de querelle ; le Coutelet dit à la Gaîne : « Gaîne, ma mie, vous êtes une friponne, car tous les jours, vous recevez de nouveaux Coutelets… La Gaîne répondit au Coutelet : Mon ami Coutelet, vous êtes un fripon, car tous les jours vous changez de Gaîne… Gaîne, ce n’est pas là ce que vous m’avez promis… Coutelet, vous m’avez trompée le premier… » Ce débat s’était élevé à table ; Cil qui était assis entre la Gaîne et le Coutelet, prit la parole et leur dit : « Vous, Gaîne, et vous, Coutelet, vous fîtes bien de changer, puisque changement vous duisait ; mais vous eûtes tort de vous promettre que vous ne changeriez pas. Coutelet, ne voyais-tu pas que Dieu te fit pour aller à plusieurs Gaînes ; et toi, Gaîne, pour recevoir plus d’un Coutelet ? Vous regardiez comme fous certains Coutelets qui faisaient vœu de se passer à forfait de Gaînes, et comme folles certaines Gaînes qui faisaient vœu de se fermer pour tout Coutelet ; et vous ne pensiez pas que vous étiez presque aussi fous lorsque vous juriez, toi, Gaîne, de t’en tenir à un seul Coutelet ; toi, Coutelet, de t’en tenir à une seule Gaîne. »

Ici le maître dit à Jacques : Ta fable n’est pas trop morale mais elle est gaie...

 

 

Denis DIDEROT (1713-1784) in "Jacques le Fataliste".

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

Mirelha 13/08/2012 18:33


Vous êtes d'humeur bien légère et folâtre, ce matin ! Ce doit être la chaleur... Quoique, une gaine par ce temps...

Maryse56 13/08/2012 17:33


l'editorial de Ouest-France aujourd'hui signé Jacques Le Goff (professeur de droit public à Brest) c'est : INDISPENSABLE POESIE. Le titre se suffit à lui-même.


Et bien  chez la MTSA, tous les  lundis  c'est la poésie et vraiment elle nous est et nous devient indispensable.


Merci pour ces lundis poétiques


 


 


 


 

fanarose 13/08/2012 10:25


Hola, que lis-je ici ? Incitation à la débauche caractérisée, perverse justification de la gaudriole, mépris coupable de la morale bourgeoise.....Comment n'a-t-on pas brulé en place publique ces
écrits zimpis, je vous le demande Germaine ?.....


Bel et CHAUD été à vous deux !!!!

Marie-Odile 13/08/2012 09:56


Ahhhhhhh!!!!! Jacques...... mon roman préféré....... la gaine, la scène du genou...... Jacques et son capitaine qui disait tant de choses sur ce qui est écrit....


Un beau cadeau pour moi ce matin que de lire quelques lignes de Diderot.... un grand merci!!!!


Et le souvenir d'une belle adaptation tv (si si ça arrive!!!) avec Patrick Chesnais dans le rôle de Jacques......


 


Amicalement.
Marie-Odile