Hélas avril en vain me voue

Publié le 4 Avril 2011

 

 

 

Veillée d'avril

                                                                     

Il doit être minuit. Minuit moins cinq. On dort.
Chacun cueille sa fleur au vert jardin des rêves,
Et moi, las de subir mes vieux remords sans trêves,
Je tords mon cœur pour qu'il s'égoutte en rimes d'or.

Et voilà qu'à songer me revient un accord,
Un air bête d'antan, et sans bruit tu te lèves
Ô menuet, toujours plus gai, des heures brèves
Où j'étais simple et pur, et doux, croyant encor.

Et j'ai posé ma plume. Et je fouille ma vie
D'innocence et d'amour pour jamais défleurie,
Et je reste longtemps, sur ma page accoudé,

Perdu dans le pourquoi des choses de la terre,
Ecoutant vaguement dans la nuit solitaire
Le roulement impur d'un vieux fiacre attardé.



Jules LAFORGUE (1860-1887) in "Premiers Poèmes".

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

Zechiffe 05/04/2011 09:25



J'y fus le dimanche après-midi. Il y avait la fête des plantes de Saint-Jean de Beauregard et diverse obligations statutaires un peu prenantes.



Bonnemine93 05/04/2011 09:15



Est-ce pour nous consoler de votre absence à l'expo de Choisy le Roi que vous nous offrez un si doux poême ?....


 



ella 04/04/2011 13:57



Une bonne semaine bercée par la mélancolie !


Bon Jour



Hélène 21 04/04/2011 09:24



Ouffffffff ! comme ce texte me parle ! ...


Merci à vous et bonne semaine



Domi 04/04/2011 08:51



Une belle lecture pour ce début de semaine. Elle me laisse rêveuse également ....
..... (gros soupir ...) avec beaucoup de choses en tête .........
Bonne semaine.