Fétu.

Publié le 24 Juin 2013

 

 

 


 

 

 

LA BARQUE

 

 

                   La barque tire sur sa longe, hoche le corps d' un pied sur l' autre, inquiète et têtue comme un jeune cheval.

               Ce n' est pourtant qu'un assez grossier réceptacle, une cuillère de bois sans manche: mais, creusée et cintrée pour permettre une direction du pilote, elle semble avoir son idée, comme une main faisant le signe couci-couça.

               Montée, elle adopte une attitude passive, file doux, est facile à mener. Si elle se cabre, c'est pour les besoins de la cause.

               Lachée seule, elle suit le courant et va, comme tout au monde, à sa perte tel un fétu.

 

 

Francis PONGE (1899-1988) in "Pièces" (Editons Gallimard 1961).

 


 


Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

fanarose 24/06/2013 13:58


Petit bonheur du lundi matin à savourer comme un bon café ! merci !

marlie 24/06/2013 13:45


Michèle Gleizer aimerait bien !

A-M J 24/06/2013 10:45


ça me plait bien.C'est humoristique en même temps que poëtique.