Félines.

Publié le 3 Février 2014

 

 

 

 


 

 

Femme et chatte



Elle jouait avec sa chatte,
Et c'était merveille de voir
La main blanche et la blanche patte
S'ébattre dans l'ombre du soir.

Elle cachait - la scélérate ! -
Sous ces mitaines de fil noir
Ses meurtriers ongles d'agate,
Coupants et clairs comme un rasoir.

L'autre aussi faisait la sucrée
Et rentrait sa griffe acérée,
Mais le diable n'y perdait rien...
Et dans le boudoir où, sonore,
Tintait son rire aérien,
Brillaient quatre points de phosphore.



Paul VERLAINE (1844-1896) in 'Poèmes saturniens'.



 

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

Mamounette 04/02/2014 11:28


Merci pour ce joli poème


Belle journée

Maryse56 03/02/2014 20:03


J'aime beaucoup ce poème.

lacigalepapivore 03/02/2014 13:03


Merci pour cette minute de poésie Bisous  ANNIE

fanarose 03/02/2014 12:49


C'est un de mes indispensables, un de mes livres de chevet..ou plutôt " livres de pile" Celle-ci, de bonne hauteur, reste à disposition, en cas d'urgence, à côté du lit..l'envie de poésie,
parfois, ça ne peut pas attendre ...Merci pour ce joli lundi ...

Mohican 03/02/2014 12:28


Enfin de la gaieté, peut être à double sens, mais est-ce moi qui pense ainsi?


Amitiés