Feignasse.

Publié le 30 Septembre 2013

 

 


 

 


Paresse


 

Debout, voluptueux, dans l’ombre où tu t’endors
Un clairon martial résonne et te convie.
Debout ton coeur, debout ta pensée asservie...
Ne faut-il pas que tu sois fort entre les forts ?

La volonté, lionne à l’indomptable essor,
Sous sa griffe superbe emporte au loin la vie,
Et s’irrite et triomphe et, belle inassouvie,
Rugit à l’avenir sur des dépouilles d’or !

Mais non, c’est la débauche en sa louche taverne,
Qui t’attise à ses yeux brûlés que le plomb cerne,
Et souffle en ricanant ton pur flambeau d’orgueil :

Ou bien c’est la câline et mortelle paresse,
Ensorceleuse pis qu’une vieille maîtresse
Qui te couche à son lit drapé comme un cercueil.



Albert Samain (1858-1900) in "Le Charriot d'Or".

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

A-M J 30/09/2013 14:07


Je vois que vous êtes lu en français par un(e) lecteur (trice) Russe . Pratique-vous aussi cette langue? Votre aura s'étant loin de nos frontières. Que peut faire la broderie   ! !! ! ! !

Gene11 30/09/2013 14:04


Poème que j'aurai bien vu pour le prochain 11 novembre ......

Maman Pop 30/09/2013 13:26


Je regrette je n'ai rien compris,à qui est destiné ce "poème" on dirait une déclaration de guerre.


Bonne journée quand même à tous deux.

Лидия 30/09/2013 13:24


Здравствуйте уважаемая Мари Терез! Квам большая просьба -  помогите в приобретении вашей книги РОЗЫ. Очень нужно для работы с детьми. Ждем от вас ответ. Помогите!

Haldarena 30/09/2013 11:30


Merci pour ce poème.