Eternel masculin.

Publié le 14 Juin 2010



Sur la lyre tissant mes douces mélodies



Sur la lyre tissant mes douces mélodies,
Tantôt j'ai fait gronder un hymne à la vertu ;
Et tantôt, soupirant, mes lèvres moins hardies
Ont tout bas murmuré : " Printemps, que me veux-tu ? "

Restant toujours fidèle à l'essaim de mes rêves,
Jamais je n'ai maudit l'extase de l'amour,
Ni condamné ceux qui, dans des heures trop brèves,
Prononcent des serments qu'ils oublieront un jour.



Zoé FLEURENTIN    (1815-1863)



Publié dans #pouasie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

fanarosecela ne se peut 14/06/2010 18:19



Cela ne se peut ! D'innombrables commentaires enthousiastes sur des pieds , certes fort beaux, et aucun pour saluer ceux- là  qui ,convenez en , mériteraient eux aussi, quelques remarques
amicales....


Bonnées, mes soeurs , vous me décevez !



dametine 14/06/2010 11:34



quel joli nom "Zoé Fleurentin", c'est bon aussi sur le gigot