Du rêve à la réalité.

Publié le 17 Mars 2013

 

 

 


 

 

XXII

 

 

J’ai rêvé de toi cette nuit :
Tu te pâmais en mille poses
Et roucoulais des tas de choses…

Et moi, comme on savoure un fruit,
Je te baisais à bouche pleine
Un peu partout, mont, val ou plaine.

J’étais d’une élasticité,
D’un ressort vraiment admirable :
Tudieu, quelle haleine et quel rable !

Et toi, chère, de ton côté,
Quel rable, quelle haleine, quelle
Élasticité de gazelle…

Au réveil ce fut, dans tes bras,
Mais plus aiguë et plus parfaite,
Exactement la même fête !

 

 

Paul Verlaine (1844-1896) in "Chansons pour elle".

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

catherine.P. 18/03/2013 21:57


Je savais que de nombreux poètes avaient écrits des poèmes "chauds" qui ne sont connus que d'un public initié mais maintenant je sais que Verlaine en fait partie. Rien à voir avec ceux appris
dans notre enfance. catherine.P.

Marie-Odile 18/03/2013 15:12


chaud chaud aujourd'hui!!!!!!

bluetit 18/03/2013 13:03


j aime , le rable et l elasticité , un vrai lapin!


 bises et merci pour ce clin d oeil!

Maryse56 18/03/2013 11:27


Connaissais pas ce poème, c'est sûr un peu trop érotique pour quand j'étais à l'école (y'a très très longtemps)


 


 

Mirelha 18/03/2013 11:21


Quelle santé ! Je parle aussi bien de celle de Verlaine que de celle de celui qui a choisi ce poème ! La journée ne peut être que bonne !