Broder pour arrêter le temps ?

Publié le 19 Octobre 2009



La vieille demoiselle

La demoiselle en bandeaux noirs,
Qui brode à l'aube et brode au soir,
Toujours à la même fenêtre,
Est assise derrière un écran vert
Et regarde la rue et le temps gris d'hiver,
De son fauteuil bourré de laine et de bien-être.

Deux béguines ont salué l'apothicaire,
Très bas, puis ont quitté son seuil à reculons ;
Le sacristain s'en est allé chez le vicaire ;
Le cantonnier a balayé, à gestes longs,
L'égout bondé de crasse et de fange velue.

Et maintenant voici,
A l'heure de midi,
Le jovial bourgmestre
Qui vient, s'arrête, et longuement salue
La demoiselle à sa fenêtre.

Avec ses mains de pluie et de brouillards,
Depuis des jours et puis des jours, Décembre
Mouille les murs, les toits et les hangars ;
Heureusement que dans sa chambre,
La demoiselle en bandeaux noirs
Peut surveiller jusques au soir
Un feu joyeux, où s'éclairent et bougent,
Flammes ! vos clairs papillons rouges.

Elle aime vivre et s'isoler ainsi,
Dans la tiédeur et dans l'ennui ;
Tandis que son grand chat, ronronnant d'aise
Auprès d'elle, sur une chaise,
La regarde qui lentement marie,
Avec ses maigres mains,
Une fleur jaune au liseron carmin
De sa tapisserie.

La demoiselle
Nourrit en elle
L'amour d'une amour infidèle,
Silencieusement.
Seul, le curé qui la confesse
Connaît sa faute et sa faiblesse,
Et quel bourreau fut son amant !
Ils n'en parlent jamais, bien qu'ils y pensent
Avec tristesse ou violence,
Quand le prêtre, les dimanches, s'en vient
Parler de tout, parler de rien,
Jusqu'au moment où, dans l'ombre et la brume,
Le premier réverbère, au bord du quai, s'allume.

La demoiselle en noir s'est lentement flétrie,
A recompter dans son âme les jours
Qui lui furent douceur et menterie,
Et qu'elle aime et déteste toujours.
Elle a beau se blottir dans son coin tiède,
L'ombre de ses regrets et de son deuil obsède
Même l'heure où le soleil glisse sur son front las.
Tel qui passe par la ville peut croire
Qu'elle guette, du haut d'un morne observatoire,
Depuis des ans, quelqu'un qui ne vient pas.

Et quand la demoiselle aura compté ses peines,
Combien de fois, au long des ans et des semaines,
Et que son chat malade et importun,
Un soir, aura fermé ses yeux défunts,
Certes, implorera-t-elle le sort,
Pour qu'il l'étende, à son tour, dans la mort ;
Alors,
Pour la première fois, le jovial bourgmestre,
A l'heure de midi, passant sur le trottoir,
Y passera, sans saluer à sa fenêtre,
La demoiselle en bandeaux noirs.


Émile VERHAEREN (1855-1916)

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

ravel 30/10/2009 17:17


... ému ...
... et me souviens d'une belle âme ... perdue


gigi 21/10/2009 21:32


oui encore un poète bien de "chez nous" et
bientot le vent cornant de novembre....


valy 19/10/2009 21:47


tout simplement...c'est beau...merci


jeanne ZELLNER 19/10/2009 16:50


Trouvé un peu par hasard il y a peu, votre blog qui m'enchante par ce ton si personnel, vos  grilles épurées superbes...  je vais essayer de broder le chat au tuteur (76 ans mauvaise
vue) j'avais laissé tomber les petites croix... j'ai trouvé le morceau de toile, demain j'achète le fil. Bravo pour vos poemes, Automne m'a rappelé mon enfance creusoise, et la demoisellede ce
jour, . bien émue.
Merci.Bravo de partager vos talents.
 Amicalement  Jeanne

 


Michèle 19/10/2009 15:27


Merci pour ce beau poème !
Pour moi aussi il a un parfum d'enfance et d'école.......et aussi un parfum de Flandre grise et douce, assoupie dans sa brume.......
Je la vois, la demoiselle à sa fenêtre