Bredi, bredin.

Publié le 15 Octobre 2012

 

 


 

 

Chant funèbre pour un ami bredin.


 

Il est mort celui qui parlait aux escargots
Qui savait le printemps, le soir et le matin,
On entend sur la route encore ses sabots,
L' bredin est parti dans le ciel des bredins.
Il avait pour amis le vent, les libellules,
Ce soir, le vent qui pleure a comme de la peine.
Il est mort, celui qui s’amusait d’une bulle,
D’une odeur de muguet, d’un refrain de fontaine
Et ne le verra plus le lapin de garenne
Danser sur les chemins qui mènent dans la lune.
Il est mort.
[...]
Alors il était roi, ministre , châtelain,
Recevait des baisers, tombait toutes les femmes,
Le vin parti, Goubi restait dans les fumées,
Puis s‘en allait semer les graines du sésame,
Du Sésame ouvre-toi, je reviens de l’armée,
Je suis un général, j’ai gagné la bataille,
Je suis Napoléon, Maurice Chevalier,
Jeanne d’Arc, c’est ma fille et je lui prends la taille,
Et je suis Clémenceau, je suis né dans l’Allier,
Vous verrez ma statue dans les rues de Vichy !…
Bredin, bredin,
Entends les cloches,
Drelin, drelin,
Qui se rapprochent…

Il est mort. L’écureuil n’avait pas peur de lui.
L’écureuil se demande où est passé Goubi ?
Il est passé par là, peut-être par ici ?
Le Bon Dieu l’a placé dans une sacrée ferme,
Et le voilà patron d’un tracteur et d’un champ :
Ciel de mars, il a plu, ciel d’avril, le blé germe,
Goubi joue du bidon dans le soleil couchant.

Il a jeté sa vie comme on jette un mégot,
Sur cette terre, il a perdu tout son latin.
Il est mort celui qui parlait aux escargots
Qui savait le printemps, le soir et le matin.


René FALLET (1927-1983) Poème extrait des Cahiers du Bourbonnais, 1962.

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

Marie Louise 15/10/2012 15:21


Je voulais l'écrire, Sylvie l'a fait !!! 

Maryse 15/10/2012 13:55


Bien émouvant ce poème !

Mirelha 15/10/2012 12:59


Du Fallet pur sucre : même avec la mort il badinait...

sylvie 15/10/2012 09:43


et toi, t'es-tu fait débrediner (ou deberdiner, ça depend où l'on se place dans la région!) à St Menoux? sais-tu que si une seule de tes oreilles affleure la pierre dudit debredinoir, tu prends
toute la bredinerie de ceux qui t'on précédé? comment ça ta tête a frotté partout?

Mamounette 15/10/2012 09:12


Merci de me faire souvenir de ce joli poème