Blanche

Publié le 11 Janvier 2010




Nuit de neige.


La grande plaine est blanche, immobile et sans voix.
Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte.
Mais on entend parfois, comme une morne plainte,
Quelque chien sans abri qui hurle au coin d'un bois.

Plus de chansons dans l'air, sous nos pieds plus de chaumes.
L'hiver s'est abattu sur toute floraison ;
Des arbres dépouillés dressent à l'horizon
Leurs squelettes blanchis ainsi que des fantômes.

La lune est large et pâle et semble se hâter.
On dirait qu'elle a froid dans le grand ciel austère.
De son morne regard elle parcourt la terre,
Et, voyant tout désert, s'empresse à nous quitter.

Et froids tombent sur nous les rayons qu'elle darde,
Fantastiques lueurs qu'elle s'en va semant ;
Et la neige s'éclaire au loin, sinistrement,
Aux étranges reflets de la clarté blafarde.

Oh ! la terrible nuit pour les petits oiseaux !
Un vent glacé frissonne et court par les allées ;
Eux, n'ayant plus l'asile ombragé des berceaux,
Ne peuvent pas dormir sur leurs pattes gelées.

Dans les grands arbres nus que couvre le verglas
Ils sont là, tout tremblants, sans rien qui les protège ;
De leur oeil inquiet ils regardent la neige,
Attendant jusqu'au jour la nuit qui ne vient pas.


Guy de MAUPASSANT (1850-1893)

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

jeanne69 12/01/2010 06:07


j'aime beaucoup d'ailleurs je l'ai mis sur mon blog en début d'année.


ravel 11/01/2010 22:45


merci môssieur ZeChiffe pour cette belle pouasie, mais je vais faire encore le rabat-joie !
j'y vois, me rappelant mes cours de littérature de première, encore la triste condition humaine, rappelez-vous, le Guy n'était pas un joyeux, mère dépressive et frère  mort fou, c'était un
pessimiste
... ces arbres ne sont-ils ceux qui restent, malgré tout, debout au milieu de la tourmente, ne sont-ils pas le Guy qui passe ses 20 ans pendant la guerre de 1870 ...
une lueur pourtant, les jours meilleurs, les belles saisons qui reviendront à l'instar des femmes qu'il a célébrées ...
allez on va "positiver" ... AU GUY L'AN NEUF !!!!!!!!!!!!!


valy 11/01/2010 21:43


merci pour cet instant de nostalgie et de douceur....


bluetit 11/01/2010 17:38


Merci pour ce poème de circonstance , ce qui est bien c est le silence, les voitures roulent moins ,
idem en bourgogne , n oubliez pas les oiseaux , si vous leur mettez des graines , surtout n arretez pas au redoux attendez le printemps
merci pour eux


fanarose 11/01/2010 13:56


Oui, c'est pareil dans le rhône : on se caille et on dérape.....Maupassant me pardonne !