Batons de Jacob.

Publié le 6 Septembre 2010

 

 

 

L'investiture

 


Nous longerons la grille du parc,
A l'heure où la Grande Ourse décline ;
Et tu porteras - car je le veux -
Parmi les bandeaux de tes cheveux
La fleur nommée asphodèle.

Tes yeux regarderont mes yeux ;
A l'heure où la grande Ourse décline. -
Et mes yeux auront la couleur
De la fleur nommée asphodèle.

Tes yeux regarderont mes yeux,
Et vacillera tout ton être,
Comme le mythique rocher
Vacillait, dit-on, au toucher
De la fleur nommée asphodèle.

 

 

Jean MORÉAS (1856-1910) in " Le pèlerin passionné".

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

Vinvella 07/09/2010 12:10



J'aime beaucoup !



tanne 06/09/2010 13:14



Eh oui , comme dit madame vieille prof  les asphodèles sont liées à ce Hugo, hélas!


Bon à quand l'intégrale des poèmes choisis pour nous aut' pauv' analphabètes en un délicieux livre avec grilles deMT en regard? ça l'est-y pas une bonne idée? la plupart de ces poètes sont libres
de droits depuis pas mal de temps...


Bonne semaine



Mirelha 06/09/2010 12:59



...et, bien entenddu, "un frais parfum sortait des tuffes d'asphodèles" (l'exemple classique de l'allitération du père Hugo ; vieille prof à la retraite ne se refait pas !). Bonne journée ! Le
livre sur les roses avance-t-il ?



lilicassine 06/09/2010 10:35



Merci Monsieur le poète qui nous fait découvrir ( pour moi tout au moins) d'autres poètes !! Bonne journée à vous et à Dame ST-Aubin Bonne semaine bisous Liliane



bluetit 06/09/2010 10:32



elle fleurit ausi en bourgogne , de jolies étoiles dans les prés,


 il m étonne un peu le poéte , ses yeux virent au blanc il y a du soucis a se faire


bonne journée