Les lundis (dissidents) de la poésie

Publié le 1 Octobre 2005

Grâce à la bien veillante veille technologique de l'esquellent hébergeur over-blog qui lance les articles à ma place, ma bonnée, alors que, nouveaux Crésus, nous parcourons ce lundi les vignobles Tourrangeaux pour nous offrir de fringants gamays, d'aromatiques sauvignons, de capiteux côts et des petits chenins (sentant la noisette)  j'inaugure ouvre une nouvelle chronique, fortement inspirée d'une série choc, hélas disparue d'un forum Accrocheur, mais qui survit parfois,  irrègulière hélas mais toujours appréciée, sur le blogue  d'une délicieuse "bavarde" égotique: les lundis irréguliers de la poésie

                                                          Repas de famille

Au bord du Loudjiji qu'embaument les arômes
 Des Toumbos, le bon roi Makoko s'est assis
 Un M'gannga tatoua de ses bras polychromes
 Sa peau d'un noir vineux tirant sur le cassis

 Il fait nuit: les m'pafous ont des senteurs plus frêles
 Sourd, un marimeba vibre en des temps égaux;
 Des alligators d'or grouillent parmi les prêles;
 Un vent léger courbe la tête des sorghos;

 Et le mont Kongoua rond comme une bedaine,
 Sous la lune aux reflets pales de molybdène
 Se mire dans le fleuve au bleuâtre circuit

 Makoko reste aveugle à tout ce qui l'entoure:
 avec conviction ce potentat savoure
 Un bras de son grand-père et le trouve trop cuit
.

George Fourest, "le Géranium Ovipare" chez José Corti

Une pouasie qui sent bon sa troisième république coloniale, mais qui me fait hurler de rire :0036:.

Georges Fourest (1867-1945)

     Né le 6 avril 1867 à Limoges, Georges Fourest suit des études de droit qui font de lui un "avocat loin de la cour d’appel", comme il aime à se nommer, vient à Paris, où il fréquente les milieux littéraires, collabore à plusieurs revues (La Connaissance, Le Décadent) et se rend célèbre avec La Négresse blonde (Messein, 1909, rééd. Corti 1986), préfacé par Willy. Placé sous le patronage de Rabelais, " Le Duc, le Roi, le Maître ", ce recueil qui aime la plaisanterie scatologique, l’allusion gaillarde et la métaphore burlesque cultive en fait l’intellectualisme puisqu’il ne cesse de travestir d’autres textes, en résumant parodiquement les grandes pièces du théâtre classique (" Carneval de chefs-d’œuvre ") ou en pastichant les poètes du XIXe siècle comme Verlaine, Laforgue ou Mallarmé dont il est nourri (les " pseudo-sonnets "). Constant dans la futilité et indifférent aux transformations de la littérature d’après-guerre , Georges Fourest fait encore paraître Contes pour les satyres (Messein, 1923, rééd. Corti, 1990) et le Géranium ovipare (Corti, 1935, réé. 1984), qui respirent une même atmosphère ludique et lubrique. Il meurt à Paris le 25 janvier 1945, mais après une période de désaffection, il est peu à peu redécouvert à mesure que se manifeste un regain d’intérêt pour la littérature 1900 : à la lumière des préoccupations contemporaines, ce " Fol de Cour " (Willy) devient un précurseur de l’hypertextualité et son culte de la dérision apparaît comme une ultime parade opposée au néant du monde.

buttiné sur le site des éditions José Corti
http://www.jose-corti.fr/auteursfrancais/fourest.html


     

Rédigé par SAINT-AUBIN

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

Valérie de Paris 04/10/2005 09:08

Les plus anciennes se souviennent de 69 ?

Oh la ! Oh la ! Les plus anciennes faut voir !!!

Je suis née en 69, année effectivement très égotique, année de découverte de la face cachée de la ... lune ;-), et je m'en souviens et je ne suis pas les plus anciennes.

Comment on vous refait le portrait sur ce blog, j'y crois même pas !


:-)

Alice Psykhan 03/10/2005 22:06

- c'est grave égotique ?
- probablement peut-être, ou pas c'est selon

- dois-je consulter ?
- surtout pas malheureuse! il existe un rmède naturel qui consiste à s'isoler du monde extérieur en brodant, sur une toile essentielle, des croix monochromes multicolores.
Le Je le Moi le çà le Surmoi le Sumotori itou, fusionnent alors en une béate raxie.

les plus anciennes se souviennent avec nostal de Jane B. et Sergio. G dans soixante-neuf année égotique.

Valérie de Paris 03/10/2005 18:52

Elle est très drôlement anthropophage la dissidence !

Euh, sinon, c'est grave l'égotisme ? Je dois consulter ?

;-)

frédéric kroutchev 02/10/2005 21:06

Encore, encore, encore...
C'est clair, je crois !
Frédéric