Abécédaires

Publié le 11 Septembre 2005

Chère unique et attentive abonnée, sache que les quelques articles qui vont suivre, diront la "période abécédaires" de MTSA. Présomptueux non, cette "période" abécédaires", comme Pablo P. a eu sa période rose et sa fille Xsara sa période bleue (métallisée)?

Ne crois pas un accès de mégalocéphalie de la MTSA , mais face aux brodeuses dans  des expos. où elle est invitée, ou bien en réponse à des magazines qui s'intéressent à son travail, et qui veulent savoir "comment tout cela a-t'il commencé?" Marie-Thérèse a pris l'habitude, pour simplifier, d'expliquer que tout est parti d'une "période abécédaires".

 

Marie-Thérèse appartient à une génération qui apprenait encore à coudre et broder à l'école, et dans sa famille il existait une réelle tradition pour les travaux d'aiguilles.

 

Sa grande mère maternelle Lucie, qui vivait dans la même maison, avait été repasseuse il y a bien longtemps, et, jusqu'à ses derniers jours, elle n'a cessé de travailler au crochet, sa vue ne lui permettant plus de broder. Les jeudi pluvieux elle ouvrait la grande armoire en chêne, déroulait soigneusement l'abécédaire de la tante Antoinette , expliquait les points, et racontait sa jeunesse.

 

 

La grand-mère maternelle de Marie-Thérèse était d'origine alsacienne, famille Graff. A la fin de la guerre de 1870 cette famille s'est dispersée pour fuir l'occupation allemande, et la grand-mère a émigré en région parisienne.

 

L'une des tantes, Antoinette Graff était religieuse dans un couvent en Italie. Elle y a brodé entre 1894 et le 8 décembre 1896 un immense abécédaire. Sur une toile que nous n'avons pas pu identifier, brodés en un fil de coton rouge sur un fil de trame, vingt-quatre alphabets s'entremêlent avec chiffres et symboles.

 

 

Au doux temps de l'enfance et des grand-mères, la petite fille d'alors était fascinée par cet abécédaire, et plus tard , à la mort de la grand-mère, Marie-Thérèse a reçu cet ouvrage en souvenir.


Abécédaire monochrome de la Tante Antoinette.
1896.85x60 Mouliné rouge en un fil.
(la photo n'est pas fameuse, l'abécédaire est encadré et sous-verre et il y a des reflets inmaîtrisables).

Marie-Thérèse a commencé à recopier l'abécédaire de la tante Antoinette, pendant son congé maternité, après la naissance de sa fille Charlotte.
Plutôt que tout broder en DMC 666, ce qu'on peut trouver monotone, elle a utilisé des couleurs différentes pour chaque alphabet. Elle déroulait l'abécédaire ancien, comme le faisait autrefois Lucie, et le recopiait soigneusement, sans grille, croix après croix.

Ce n'est qu'en bas du tableau qu'elle a ajouté quelques symboles, pour des motifs tirés d'albums Sajou, une chouette, une pie, une poire .. .


Abécédaire polychrome de la petite nièce..
1984.60x85 Mouliné DMC. Étamine de lin..


Pieusement, cet ouvrage avait été commencé un 8 décembre; prés de deux ans ont été nécessaires pour le terminer ... deux ans , comme Antoinette quelque cent ans plus tôt.
  




 

Rédigé par SAINT-AUBIN

Publié dans #Abécédaires

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Georgine 24/04/2014 09:13


Bonjour,


Je suis impressionnée par ce magnifique Marquoir.


Je termine en moment le Marquoir 1900 commencé en Sal avec Celani.


En broderie les marquoirs et les lettres sont mes ouvrages préférés.


Bises


Georgine


 

Patricia Ciolek 31/05/2012 12:16


je viens de découvrir ce magnifique Abcedaire sur votre site (qui est génial, je dois le dire !) existe t'il la grille afin de pouvoir le faire car hèlàs je ne suis pas aussi douée que vous !
Merci


Cordialement

vero91 25/02/2012 09:36


Magnifique ouvrage...Quelle courage....mais le résultat en vaut largement la peine....@ bientôt, Véronique

shylyne 03/02/2011 09:34



je suis subjuguée par la finesse et la beauté de cet abécédaire, oserai je vous demander si la grille a été déposée chez un quelconque fournisseur, si oui, je me ferais un plaisir de l'acheter
car ce doit être un ravissement de se plonger dans l'accomplissement de cet abécédaire, je dois dire que depuis que je suis dans une chaise avec une mobilité trés réduite, suite à 4 opérations à
la colonne vertébrale, la broderie de longue haleine et devenue pour moi une thérapie souveraine.


Je l'ai découvetrte au décés de ma mère qui avait laissée une broderie inachevée et en defaisant quelques parties, j'ai vite compris comment ça fonctionnait et j'ai pris le virus en terminant ce
napperon, depuiçs cela ne m'a plus lâchée.


Encore "chapeau bas" pour cette oeuvre. J'espère que vous me ferez l'honneur de "passer" sur mon blog : les passions et balade de shylyne


! Bien cordialement.



fanarosecela ne se peut 17/09/2010 14:54



Il est meuh le récit et la bonnée unique vachement admirative !