T'a t'on tatée à taton ?

Publié le 2 Avril 2007

Plût-il à Dieu n'avoir jamais tâté

Plût-il à Dieu n'avoir jamais tâté
Si follement le tétin de m'amie !
Sans lui vraiment l'autre plus grande envie,
Hélas ! ne m'eût, ne m'eût jamais tenté.

Comme un poisson, pour s'être trop hâté,
Par un appât, suit la fin de sa vie,
Ainsi je vois où la mort me convie,
D'un beau tétin doucement apâté.

Qui eût pensé, que le cruel destin
Eût enfermé sous un si beau tétin
Un si grand feu, pour m'en faire la proie ?

Avisez donc, quel serait le coucher
Entre ses bras, puisqu'un simple toucher
De mille morts, innocent, me froudroie.

 Pierre de RONSARD (1524-1585) in "Premier livre des Amours"

Rédigé par SAINT-AUBIN

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

doscille 02/04/2007 18:06

ah ! Valentine ...vous le tentâtes.

cocoricoco 02/04/2007 09:05

déjà, à l'époque la femme était l'avenir de l'homme. Grace à nos appats certains sont devenus pécheur et d'"autres pêcheurs...unseul a épousé une femme qui brode des poissons d'avril qui se découvrent de plusieurs fils.

thalia 02/04/2007 08:53

Il vaut mieux lire ça que d'être sourd !

C'était le mot idiot du jour.