Le geai des chênes

Publié le 19 Juin 2005

Ce lundi, comme la moitié de la classe a séché les cours, et que l'autre moité n'est pas en état de suivre, on va lier ornithogie et dendrologie en parlant de notre ami le geai des chênes (n'oubliez pas à ce propos de vous abonner-réabonner à "La Hulotte", le journal le plus lu dans les terriers http://www.lahulotte.fr/)

On trouve principalement deux espèces de chênes en France le chêne rouvre ou chêne sessile et le chêne pédonculé (Quercus robur - qui en latin signifie robuste). Le chêne pédonculé (pédonculé parce que le gland est porté par un long pédoncule) a passé un deal avec le geai des chênes(Garrulus glandarius
) : tu peux manger mes glands mais tu m'en sémeras beaucoup  loin de moi. Ce que fait chaque année le geai en emportant de nombreux glands loin du chêne producteur et, au lieu de les stocker bêtement tous ensemble, il les sème comme le ferait un forestier bien distancés et à la bonne profondeur.
En fait le geai attend que les glands germent au printemps, et se régale alors des cotylédons. Mais parfois dérangé ou bien rassasié, il en oublie, et laisse ainsi le jeune chêne commencer sa longue vie.

grille parue dans l'Agenda 2002 "Les Arbres" de l'incendiaire rousse Régine Deforges, chez le classieux éditeur Mango - plume de geai au point lancé.

Le geai est appelé le gardien de la forêt, car l' oiseau excelle dans l'art de prévenir l'arrivée du promeneur.  Quoique très prudent, il fait beaucoup de bruit et son cri d'alarme est pénétrant.

Ce cri pénétrant est du reste à l'origine d'une  faute de français assez commune mais plutôt cocasse dans sa délicieuse innocence . On dit souvent, en effet, que le geai "jacule" fortement. Que nenni ! Le geai ne jacule pas,  le geai cajole, cajacte, cocarde, cageole, gajole, frigulote ou fringote. On a le choix,  non ?    

Un moyen très simple de s'en souvenir c'est de murmurer la chanson du regretté Serge Gainsbourg:

L'éléphant barète
La jument hennit
Hulule la chouette
Bêle la brebis
Le crapaud coasse
Piaule le poulet
Le corbeau croasse
Cajole le geais
Toi, toi, toi,
Sois belle et tais-toi !

paroles complètes sur http://www.paroles.net/chansons/22016.htm


et puisque vous avez été attentives et attentifs, voici en bonus-pack un poème de l'immense René de Obaldia "Le plus beau vers de la langue française"


"Le geai gélatineux geignait dans le jasmin"
Voici, mes zinfints
Sans en avoir l'air
Le plus beau vers
De la langue française.

Ai, eu, ai, in
Le geai gélatineux geignait dans le jasmin...

Le poite aurait pu dire
Tout à son aise:
"Le geai volumineux picorait des pois fins"
Eh bien! non, mes zinfints.
Le poite qui a du génie
Jusque dans son délire
D'une main moite
A écrit:

"C'était l'heure divine où, sous le ciel gamin,
LE GEAI GÉLATINEUX GEIGNAIT DANS LE JASMIN."

Gé, gé, gé, les gé expirent dans le ji.
Là, le geai est agi
Par le génie du poite
Du poite qui s'identifie
Á l'oiseau sorti de son nid
Sorti de sa ouate.

Quel galop!
Quel train dans le soupir!
Quel élan souterrain!

Quand vous serez grinds
Mes zinfints
Et que vous aurez une petite amie anglaise
Vous pourrez murmurer
À son oreille dénaturée
Ce vers, le plus beau de la langue française
Et qui vient tout droit du gallo-romain:

"Le geai gélatineux geignait dans le jasmin."

Admirez comme
Voyelles et consonnes sont étroitement liées
Les zunes zappuyant les zuns de leurs zailes.
Admirez aussi, mes zinfints,
Ces gé à vif
Ces gé sans fin
Tous ces gé zingénus qui sonnent comme un glas:
Le geai géla... "Blaise! Trois heures de retenue.
Motif:
Tape le rythme avec son soulier froid
Sur la tête nue de son voisin.
Me copierez cent fois:
Le geai gélatineux geignait dans le jasmin."



(René de Obaldia, extrait de Innocentines, paru chez Grasset en 1969 et cité dans Anthologie de la Poésie française du XXe siècle, Poésie/Gallimard 2000, p. 149).

 Je ne sais pas si je peux citer in-extenso le poime de RdO - (droits d'auteur!). Si çà gène cake-un, qu'il le signale, j'en laisserai qu'un ti' bout, Doudou! 

Rédigé par mtsade

Publié dans #mtsa

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Zorro 20/06/2005 14:30

et la fourmi cro-onde

l'aile fique 20/06/2005 10:58

et de me dire à la lecture de cet article que je ne regarderai plus jamais un chène de la même manière et que geai pris du plaisir à lire cette note...m'en vais voir la hulotte hoplà!