Témoignage du général rondeau.

Publié le 5 Octobre 2009



Rondeau parfait à ses amis après sa délivrance.


En liberté maintenant me promène,
Mais en prison pourtant je fus cloué :
Voilà comment Fortune me démène.
C’est bien, et mal. Dieu soit de tout loué.

Les Envieux ont dit que de Noé
N’en sortirais : que la Mort les emmène !
Malgré leurs dents le nœud est dénoué.
En liberté maintenant je me promène.

Pourtant, si j’ai fâché la Cour romaine,
Entre méchants ne fus oncq alloué.
Des biens famés j’ai hanté le domaine ;
Mais en prison pourtant je fus cloué.

Car aussitôt que fus désavoué
De celle-là qui me fut tant humaine,
Bientôt après à saint Pris fus voué :
Voilà comment Fortune me démène.

J’eus à Paris prison fort inhumaine,
A Chartres fus doucement encloué ;
Maintenant vais où mon plaisir me mène.
C’est bien, et mal. Dieu soit de tout loué.

Au fort, Amis, c’est à vous bien joué,
Quand votre main hors du parc me ramène.
Ecrit et fait d’un cœur bien enjoué,
Le premier jour de la verte Semaine,
 En liberté.


Clément MAROT (1497-1544) in "L’Adolescence clémentine"

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

anne laure 05/10/2009 21:42


la nouvelle banniere est tres réussie
bizzzzzz
anne laure


sapetille 05/10/2009 17:05


Ah! quel sens de l'actualité!
Les poètes ont vraiment tout dit sur tout !


fanarose 05/10/2009 14:16


....à la suite d'un disfonctionnement regrettable il pourrait arriver que certains commentaires soient amputés d 'une partie de leur texte. Veuillez nous excuser pour ce désagrément indépendant de
notre volonté .
Monsieur Internet


fanarose 05/10/2009 14:10


Les commentaires ne se bousculent pas, hein ? Il y a moins de monde que pour le Grrrrand Concours ....On fait moins sa fiérote , bonnée ma soeur !
Heureusement que je suis là pour relever le niveau ....Parfaitement ! je vais laisser ici un com. dont la fulgurante intelligence et l'érudition discrête vont vous laisser pantois et légèrement
envieux , na !


Michèle 05/10/2009 09:42


Bravo !
Ollier, Ollier brave homme !
Je recopie ce poème dans mes carnets !