Au revoir ...

Publié le 12 Mars 2009



                    Les meilleures choses ont une fin, y compris les quinquennats, même possiblement doublés. Ainsi, Bonnée, nostalgique me résolus-je tristement à me séparer d'une paire plutôt ancienne d'incunables charentaises  déjà aperçues sur ce blogue ou là, et làlà itou (ioulai-je).

http://sd3.archive-host.com/membres/images/1336321151/nawak/gag/tuto/cha0.jpg
               un nombre incalculable et parcouru de kilomètres de parquets, moquettes et carrelages voire de sentiers de jardin, de pelouses d'herbe rase ou de graminées sauvages, un louque beurdin line et intemporel d'une qualité française indémodable remplacé lors d'un bref séjour proche en Charente par une paire de la même engeance

http://sd3.archive-host.com/membres/images/1336321151/nawak/gag/tuto/cha1.jpg
          Fabriquées en France par des Français, en pure laine vierge d'agnelles pré-pubères,
mollement renforcées de semelles en feutre qui trainées sur le sol de l'appartement avec neurasthénie et constance doivent , tel le supplice de la goutte, rendre inéluctablement  fou dément le voisin du dessous. Le confort luxueusement chipe. Le charme discret de la bourgeoisie. L'est pas belle la vie ?

 
         

Publié dans #gag

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

RosadeGranada 09/05/2012 12:08


tout simplement, J'ADORE.  Chez nous, on réserve le même sort aux arpargatas,


corps de toile et semelle de corde....


Grosses bises à toutes


Rosa de Granada

vero21 13/03/2009 23:04

Bonjour tristesse !

Myriam 13/03/2009 22:45

Ben voilà, l'heure de la retraite a sonné, et on les découpe en morceaux. Ca valait bien la peine de sacrifier une vierge agnelle. je ne vais pas m'en remettre ... j'aurai une pensée émue lors de mon prochain séjour en Charentes.Spéculoosement vôtre ...

biba24 13/03/2009 13:06

Il était temps tout de même ! moyennement glamour d'avoir ça aux pieds...

jonquille38 13/03/2009 11:18

J'espère que je ne serai pas dans le même état lorsque, moi aussi, j'aurai enfin mérité ma retraite... Encore que je me laisse moins marcher dessus que ces pauvres... heu... indispensables compagnes !! ;)Allez, courage, vous allez  vous y faire, aux nouvelles !Sylvie