Poésie de Mai

Publié le 15 Mai 2006

Le mai

Maintenant que l'Amour renaît heureusement
Et qu'à ce beau printemps il commande qu'on plante
D'un Mai long et dressé la désirable plante
Il faut suivre l'arrêt de son commandement.

J'ai un Mai long et gros et fort également,
Poussant devers le haut une verdeur plaisante,
Qui frisonne sa cime en tout temps verdoyante
Et qui se peut planter assez facilement.

Ma dame, permettez que l'on m'ouvre la porte,
Et je le planterai sur la petite motte
Qui de votre maison remarque le milieu ;

Je le mettrai tout droit dessous votre croisée
Où en petits frisons la terre relevée
Fait l'endroit plus plaisant qui soit en tout le lieu.


François Béroalde de VERVILLE (1556-1626)  

__________________________________________________________________________

Bonnée et toi aussi l'autre, remerciez Valérie la Rambolitaine, sans qui je n'aurai jamais connu ce fin chanoine de Béroalde, dont je citerai deux pensées de doux ivrogne:
"Un âne ne boit que s'il a soif, mais c'est parce qu'il ne boit que de l'eau."
et
" Buvons ! Lavons-nous le cou par dedans."


Rédigé par SAINT-AUBIN

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

shiva 15/05/2006 19:47

ehem! ça va bien avec le lilas, ça! ;-DDDDDDDDDD