O saule mio

Publié le 6 Octobre 2008



Sonnet


" Où es-tu ? ", disait-elle, errant sur le rivage
Où des saules trempaient leurs feuillages tremblants ;
Et des larmes d'argent coulaient dans ses doigts blancs
Quand elle s'arrêtait, les mains sur son visage.

Et lui, errant aussi sur un sable sauvage
Où des joncs exhalaient de longs soupirs dolents,
Sous la mort du soleil, au bord des flots sanglants,
S'écriait : " Où es-tu ? ", tordant ses mains de rage.

Les échos qui portaient leurs appels douloureux
Se rencontraient en l'air, et les mêlaient entre eux
En une plainte unique à la fois grave et tendre ;

Mais eux, que séparait un seul pli de terrain,
Plus désespérément se cherchèrent en vain,
Sans jamais s'entrevoir et sans jamais s'entendre.


 Auguste ANGELLIER (1848-1911)  

Publié dans #pouasie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tanne 06/10/2008 10:49

Bof! Vous nous avez habitués à nous dénicher de vrais petits bijoux-de-poésie-du-lundi alors là, vraiment on a envie de parler du Studipe 19e.... Bref, en rouge dans la marge, je gribouille d'un air triste: "Peut mieux faire"Bonne semaine, à demain!

becassine 06/10/2008 08:30

Beau poème pour commencer la semaine ! Merci ! Bonne semaine à vous aussi ! BIsous LIliane