Sonnet morne du lundi

Publié le 3 Avril 2006

Sonnet Morne

Y avait un’ fois un pauv’ gars,
Et lon lan laire,
Et lon lan la,
Y avait un’ fois un pauv’ gars,
Qu’aimait cell’ qui ne l’aimait pas.
 
Ell’ lui dit : Apport’ moi d’main,
Et lon lan laire,
Et lon lan la,
Ell’ lui dit : Apport’ moi d’main,
L’ cœur de ta mèr’ pour mon chien.
 
Va chez sa mère et la tue,
Et lon lan laire,
Et lon lan la,
Va chez sa mère et la tue,
Lui prit l’ cœur et s’en courut.
 
Comme il courait, il tomba,
Et lon lan laire,
Et lon lan la,
Comme il courait, il tomba,
Et par terre l’ cœur roula.
 
Et pendant que l’ cœur roulait,
Et lon lan laire,
Et lon lan la,
Et pendant que l’ cœur roulait,
Entendit l’ cœur qui parlait.
 
Et l’ cœur disait en pleurant,
Et lon lan laire,
Et lon lan la,
Et l’ cœur disait en pleurant :
T’es-tu fait mal, mon enfant ?


Jean Richepin (1849-1926), poête des gueux.

Rédigé par SAINT-AUBIN

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

Myriam PAUMIER 03/04/2006 20:52

Je me suis régalée à lire tous les jeux de mots (laids), attention les chevilles quand même après les mollets(mots laids). En tous cas elle ne doit pas s'ennuyer Mme MTSA avec Monsieur SA. Je ne sais pas si tu es lu par les pygmées, il n'apprécient peut-être pas l'article du lundi car chez eux pas pouasie.
Merci pour la lecture, les leçons de botanique et d'étymologie. non pas l'éthylique au logis !
 

heidy 03/04/2006 15:37

Eh, t'as vu Moustache, Il y a la belle VDP qui passe et repasse! Merci Val, grace a toi il va etre heureux et aura le poile soyeux!!!!

Valérie de Paris 03/04/2006 12:46

L'a jamais l'amour gai c'te gars ! Dites, oh, Patrick, faudrait voir à nous rajouter des violons, des petites flowers, des cabrioles et tout et tout :-)).

03/04/2006 16:28

des violons, des cabrioles et tout et tout ?
alors du même Jean Richepin tiré du recueil "Caresses"
                                                       Mon coeur est un violon
 Mon cœur est un violonSur lequel ton archet joue, Et qui vibre tout du long Appuyé contre ta joue.  
 
Tantôt l'air est vif et gai Comme un refrain de folie Tantôt le son fatigué Traîne avec mélancolie.  
 
C'est la chanson des baisers Qui d'abord courre, saute et danse, Puis en rythmes apaisés S'endort sur une cadence. C'est la chanson des seins blancs Qui s'enflent comme des vagues, Puis qui se calment, tremblants Comme un lac aux frissons vagues.  
 
C'est la chanson de ton corps Qui fait chanter ses caresses, Puis s'éteint dans des accords De langoureuses paresses.
 C'est la chanson qui rend fou. Rends-moi fou, ça te regarde ; Mais si tu fais trop joujou Sur le violon, prends garde ! 

 
Prends garde ! l'âme est debout Les quatre cordes, tordues Sur les clefs tout près du bout, Jusqu'à casser sont tendues.
 Et pourtant, ô fol archet, Sur ces cordes tu gambilles Comme ce clown qui marchait En dansant sur des coquilles.  

 
Tu vas, tu les prends d'assaut, Et tu mords leur nerf qui vibre Et tu bondis, et d'un saut Tu leur fais grincer la fibre
Et pleurant à pleine voix, Pour si peu que tu le veuilles, Les cordes, l'âme et le bois. Tremblent ainsi que des feuilles.
 A force de t'amuser En caprices trop agiles, Tu finiras par user Les pauvres cordes fragiles.  


 
Rompu comme un vieux tremplin,Déjà le bois perd sa force, Et sur l'âme qui se plaint Il se fend comme une écorce. 
 
Un jour, sous un dernier coup, La merveilleuse machine Entre tes doigts et ton cou Laissant craquer son échine,
 Dans un traderi déra Ou quelque autre galipetteL'instrument éclatera Comme une bulle qui pète.
Prends garde ! le bois méchant Entrera dans ta main douce; Les cordes en se lâchant Te cingleront la frimousse.


Alors l'archet, mais en vain, Regrettera ses folies; Car du violon divin Et des cordes abolies  
 
 
 Il ne te restera plus Qu'un trait bleu sur ta peau mate, Des repentirs superflus, Et puis du sang à la patte.
_________________________________________________
Très sessuel ce texte avec le fol archet avec lequel tu joue, et qui te fouette, 
 et qui s'épuise 
lonla lonlère 
 et qui craque crac 
lonla lonla         Aaah le printemps et ses ivress-èsseu
qui nous donne tant de foli-ieue!
 

mimidou 03/04/2006 09:35

sniffffffff, pas gai tout ça...c''est lundi...
vivement mardi!!!