Et le souvenir que je garde au coeur

Publié le 28 Février 2006

Au siècle dernier la MTSA cueillit en rêvant des pendants d'oreilles

une photo très compressée. Les cerises et la bordure étaient brodées  en deux fils, les textes en un fil.

 










































La bordure devrait bien rendre en un fil

 



















A l'époque Marie Thérèse glissait toujours dans ses tableaux
un chapeau et un panier







L'ouvrage a été proposé en kit par Anagram dans les années 94-95.
Ce n'est plus tout à fait le genre de choses que ferait maintenant MTSA, probablement du un fil pour les fruits, avec les textes en soie surfine; la composition serait probablement très différente, les textes se glisseraient derrière les motifs, ou se fondraient avec les queues des cerises.

.... Quand nous en serons au temps des cerises, si vous avez peur des chagrins d'amour, évitez les belles ...

Rédigé par SAINT-AUBIN

Publié dans #mtsa

Repost 0
Commenter cet article

Heidy 01/03/2006 20:50

Pour la Saint Aubin, j'ai brodé avec tendresse le chat d'amis! Un chat MTSA, brodé en noir, avec des yeux verts! Diabolique? Non, juste sympatique chat au tuteur! Merci.

heidy 01/03/2006 18:10

Bien dit! Pourquoi kil est fermé le blôg?

Valérie de Paris 01/03/2006 16:09

Je suis restée toute émoustillée par le zoom sur la longue queue de Montmorency !MONTJOIE ! SAINT-DENIS !

Directeur de conscience 01/03/2006 16:29

je conviens que salfé plus que le Momo de Drancy  à courte queue.Lumineuse Valérie qui  me semblez emplie d'une verve joviale, vous devriez ouvrir un blogue :0069:
 

Jacotte 01/03/2006 11:54

Heidy ... si si j'arrivais aussi pour souhaiter une bonne fête à saint Aubin ....Nous avons eu la même idée ... gros bisous à tous les deux

Anne Onyme 01/03/2006 09:28

Pffftttt.... on sent que le moustachu est resté ému par des nuques qui n'attendaient que l'effleurement d'un baiser et de trop beaux yeux pour ne pas y noyer son regard !
A ce propos, connait-il ce livre du sublimissime Delerm (et dont le titre m'échappe... éh oui, Moustachu... on ne peut pas tout avoir) qui interprète, à sa façon des tableaux, dont les femmes sont toutes peintes de dos ou de trois-quart ? Ah ces nuques... ah ces baisers qui ne demanderaient qu'à y être déposés....