Dans les prés ...

Publié le 25 Février 2008



Les colchiques


Le pré est vénéneux mais joli en automne
Les vaches y paissant
Lentement s'empoisonnent
Le colchique couleur de cerne et de lilas
Y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-la
Violatres comme leur cerne et comme cet automne
Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne

Les enfants de l'école viennent avec fracas
Vêtus de hoquetons et jouant de l'harmonica
Ils cueillent les colchiques qui sont comme des mères
Filles de leurs filles et sont couleur de tes paupières

Qui battent comme les fleurs battent au vent dément

Le gardien du troupeau chante tout doucement
Tandis que lentes et meuglant les vaches abandonnent
Pour toujours ce grand pré mal fleuri par l'automne.


Guillaume Apollinaire (1880 - 1918) in "Alcools"

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

mijane91 08/03/2008 09:36

Superbe et plein d'humour... Merci ! je n'avais pas vu les stands de l'AEF sous cet angle, c'est génial ... La blonde copieuse est en fait la fille de la dame brune, elles étaient à côté de moi le matin même sur le stand Phildar où elles participaient à la réalisation d'une écharpe "Flocon"...CordialementMijane91

Anita 02/03/2008 10:28

Je retrouve avec bonheur ce poème que mon (grand) fiston a "analysé" dernièrement dans un DSF...S'il vous plaît, MTSA, serez-vous à Berchigranges bientôt ?

becassine 25/02/2008 11:59

Un bien joli poème pour commencer la semaine, merci Bisous Liliane

Mirelha 25/02/2008 11:23

Encore, encore... Ah, ces paupières mauves, ces cernes... In le recueil "Alcools" ! Et dire qu'on nous a fait apprendre ça à l'école ! Vivement qu'on remette de l'ordre, ma bonne dame !