Le gril des grilles

Publié le 26 Janvier 2006

Le gril est accessoire de cuisine ou instrument de supplice (Laurent, saint patron des pauvres, des cuisiniers, des bibliothécaires et des archivistes, en son temps pas cru, y finit cuit) .

Gril ne prend qu'un l, le grill - avec deux l, est un anglicisme et désigne le restaurant où l'on dîne à base de grillades. (par exemple: "Le Buffalo Grill, où Momole mange de délicieuses grillades, a grillé").

Brûlantes aussi les grilles, tu le sais toi bonnée de la première heure, insatiable assidue du divin fourre-tout , la MTSA brode sans grille, sans suivre un schéma. 
L'article  http://mtsa.over-blog.com/article-503650.html
expliquait l'an passé la façon de travailler de Marie-Thérèse: partir d'un dessin, en repérer les lignes fortes, broder quelques croix et peu de demi points pour tenter de rendre couleur, nuance et lumière, repasser le tout ...  passer à autre chose.

Ce blogue - divin on ne le répétera jamais assez - avait lui, un double objectif: le premier, très égoïste était de retrouver, dénombrer et classer les ouvrages de MTSA, le second était de répondre à de récurrentes suppliques de brodeuses intéressées par son travail qui cherchaient à tout en connaître. Ouvert par hasard l'an passé, parce que le rédacteur consultait l'(esquellent) blogue  de Cyberphénicia, pour un tirer la substantifique - n'ayons pas peur des clichés - moelle et découvrir le truc commercial qui marcherait àdonfe et permettrait de vivre dans le luxe et la volupté jusqu'à la fin de ses jours, et même un peu au delà, le rédacteur avait appuyé sur le pavé "créez votre blog sur over-blog", le blogue (divin vous dis-je) a permis tout d'abord de préciser l'offre de grilles de MTSA mais également de satisfaire son égo (surdimensionné) de kratrisse. Elle possédait un miroir magique avec lequel elle parlait quand elle allait s'y contempler, cherchant sans cesse la réponse à la question:
- "Miroir, gentil miroir, dis-moi, dans le royaume, qui est la ktratrisse la plus kratrisse ?"  et le miroir lui répondait: 

- "Vous êtes la plus kratrisse du pays, Madame"  
Alors MTSA était contente, car elle savait que le miroir disait la vérité.

(racontons toutefois la triste fin de ce miroir:

Un beau matin de juillet,
le réveil a sonné dès le lever du soleil,
et la poupée s'est secouée,
pour interroger le magique miroir
(cadeau du roi de Zanzibar):

-"Miroir, gentil miroir, dis moi, dans le royaume, quelle est de toutes la plus kratrisse?"  Le miroir répondit:

-"Dame MTSA, ici vous êtes la plus kratrisse, mais Françoise Marchadier l'est mille fois plus que vous".

La mtsareine sursauta et devint jaune, puis verte de jalousie, puis pensa que le miroir s'épuisait et lui pardonna. Mais le lendemain, dans l'aube blafarde d'un réveil difficile et paradoxal après une nuit sans sommeil, la mtsareine interrogea à nouveau le miroir magique:
-"Miroir, gentil miroir, dis moi, dans le royaume, quelle est de toutes la plus kratrisse?"   Le miroir répondit:
- "Dame MTSA, ici vous êtes la plus kratrisse, mais Isabelle Gautier l'est mille fois plus que vous"   ...

... et le surlendemain "Danielle Gouriou Curie"  et le lendemain du surlendemain "Virginie Menzildjian"  puis "Marjorie Massey"  et puis  "Stéphanie Bellouin" et puis encore "Annie Cicatelli"  ... ... "Jean-Louis Grandsire"... "Frédégonde Coton-Brillant" .... et d'autres et d'autres et d'autres ... rendant encore plus pire chaque nouveau jour de la semaine, qui heureusement n'en comptait  que sept - jusqu'alors. 

L'orgueil poussa alors dans son coeur de mtsareine, avec la jalousie, comme pousse la mauvaise herbe, ne lui laissant aucun repos ni de jour, ni de nuit.
Alors de rage elle brisa le miroir magique et s'écria "maintenant la glace est rompue!"

Elle passa alors une nuit tranquille et au matin se réveillant elle aperçut à ses côtés un prince moustachu qui s'était égaré dans la forêt, et avait passé la nuit dans la maison poétique.
- Ô mon dieu, mais où suis-je? s'exclama la mtsareine.
- Tu es près de moi! lui répondit le prince tout heureux, avant de lui raconter ce qui s'était passé. Puis il dit:
- Tu m'es plus chère que tout au monde. Viens, accompagne-moi au château de mon père: tu seras mon épouse.Alors MTSAreine s'éprit de lui et elle l'accompagna, et leurs noces furent célébrées dans la magnificence et la somptuosité.)

Nota bonnée: j'ai sans doute un peu confondu Grimm et grilles mais, complice et affectueuse, tu me le pardonneras.

Enfin bref (comme disait Pépin, car ce blogue s'efforce aussi et avant tout de ne pas laisser inutilisées les saillies éculées) l'ouvrage est terminé, on l'affiche alors sur le Ternet, on le montre en exposition, on le présente aux  décideuses de la presse de loisirs créatifs ou à la directrice de collection d'une maison d'édition (tiens au hasard doumango!). L'ouvrage plait parfois, il faut à ce moment en tirer la grille, et ce n'est probablement pas le travail le plus passionnant pour une brodeuse.
Reprendre l'ouvrage, le photocopier en couleur, agrandir la photocopie le plus possible pour pouvoir distinguer les points, saisir la grille point à point via un logiciel (ne nous plaignons pas trop quand même: les premières grilles de MTSA étaient saisies à l'encre de chine sur papier quadrillé "Où est passé le jardinier?" par exemple), contrôler, re-contrôler et vérifier encore, imprimer les premiers jeux,  se rendre chez l'imprimeur, effectuer les essais (pas trop parce que c'est cher), trouver un truc sympa qui attirera l'œil ou une necdote qui intéressera, mettre en pochettes, diffuser.

Ceci n'est pas un plaidoyer  pour les pauvres Cosette de kratrisses – c'est pas tout à fait le travail dans les mines - mais simplement une tentative d'explication de la faible production de grilles par rapport au nombre de broderies réalisées. Les grilles des ouvrages de MTSA qui paraissent dans les livres, très beaux pas chers,(chez doumango par exemple) sont par contre, saisies par l'éditeur – message subliminal: c'est l'éditeur qui choisit le type et la forme des symboles.

Bientôt – probablement pour les expositions à partir de mars -  la grille des violettes, et une fleur (un coquelicot possiblement mais la grille sera immense).

Arriver jusqu'ici démontre une patience déraisonnable et mérite, lectrice une récompense délicieuse et gourmande:































"Une rose trémière" la grille est parue dans "Le Marquoir", esquellente revue de l'Association "France point de Croix", no 47 année 2004.  

 

 

Rédigé par SAINT-AUBIN

Publié dans #mtsa

Repost 0
Commenter cet article

Tama 30/01/2006 21:59

Et en plus un conte qui se termine en beaute : je cite ' ils  se marierent ect... ect ..." . Que demander de plus , Merci de nous (de me ) faire rever tout en brodant.

Marie 27/01/2006 12:36

merci cher prince consort délicieusement moustachu pour ce joli conte bloguesque et rendez vous à Bessey :-D
message perso à MT : la rose tremiere est superbe mais je suis (toujours) en manque de libellules ;-)

Miss Ellanée 26/01/2006 22:46

ok, y'a un bureau des insultes dans les maisons d'édition qui se foutent des brodeuses, de la lisibilité des grilles et qui utilisent de vieux logiciels pour faire les grilles ? On sait jamais, ils feront peut-être des grilles sublimes après ? ;o))

crocq 26/01/2006 20:47

ha ha ha!!

narmelle 26/01/2006 20:38

alors la, c'est du grand, du tres grand patrick, chapeau bas
un peu decue toutefois, l'histoire ne dit pas si la mariée fut meringuée :-DD
au fait patrick, faudrait peut etre le faire lire a marie-thé, cet article la !!!! LOL