Homardine poétique du lundi

Publié le 16 Janvier 2006

Le Homard

Prologue

Prenez un beau Homard. Puis, sur sa carapace,
Posez une main ferme, et, quelques sauts qu´il fasse,
Sans plus vous attendrir à ces regrets amers,
Découpez tout vivant ce cardinal des mers.

Recette

Projetez tour a tour dans l´huile
Chaque morceau, tout frémissant,
Sel, poivre, et puis -chose facile-
Un soupçon d´ail en écrasant,
Du bon vin blanc, de la tomate,
Des aromates à foison,
Se mêleront à l´écarlate
De la tunique du poisson.
Pour la cuisson, c´est une moyenne,
Trente minutes à peu près.
Un peu de glace et de Cayenne
Pour la finir, et puis - c´est prêt.
Que de cette sauce alléchante,
Des voluptés naisse l´essaim
Et que, si bonne et si tentante,
Elle fasse damner un Saint.

Epilogue

Car plus d´une beauté rigide
Au tête-à-tête familier
Succombe après ce plat perfide
En cabinet particulier.

Charles Monselet   (1825-1888)

Rédigé par SAINT-AUBIN

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

GUILLAUME 29/01/2006 18:21

Mon consort à moi aussi, il est moustachu !
Et j'assume l'inanité de mes propos

Marie 22/01/2006 20:00

l'artiste, donc le poete, a TOUS les droits :)
 

Shiva 16/01/2006 09:24

Si ma pôv môman l'était encore de ce monde, je suis sûre qu'elle aurait bôcou aimé... Merci pour ce beau texte que je ne connaissais point...
(enfin, euh... "poisson", il eût pu éviter... :-/)

Miss Ellanée 16/01/2006 09:16

D'ailleurs très souvent la beauté rigide après y avoir goûté s'exclame :
"oh ! Mardi ne mouque !" (blague belge !)

Le petit pêcheur 16/01/2006 09:28

Craignons les Belges et leurs vertiges  !