France profonde (II) ...

Publié le 10 Janvier 2008



                Reprenons donc, Bonnée,  cette déplaisante chronique des gites gascons.

    Lapostolle: en 1827  Jean-Baptiste Lapostolle fonde une distillerie produisant des liqueurs de fruits, à Neauphle-le-Château près de Versailles. C'est en 1876 que sa petite fille épouse Louis-Alexandre Marnier, le fils d'une famille de négociantts en vins de la région de Sancerre, créant ainsi la famille Marnier-Lapostollle. Fin connaisseur en Cognac Louis-Alexandre Marnier-Lapostolle eut l'idée audacieuse d'associer le cognac à "Citrus bigaradia" une variété d'orange venue des Antilles., créant ainsi la fameuse liqueur Grand-Marnier
® , nous apprend le site de (l'esquellente) liqueur. Le faisan était probablement une bouteille collectore.

 
    La papier tue-mouche est évidemment encore en vente dans tous les  magasins qui le proposent; j'en ai trouvé à (l'esquellente) coopérative agricole Maïsadour. J'imagine que c'est uniquement de la glu, qu'il  est NF/ISO/9002,  et qu'il

http://www.archive-host2.com/membres/images/1336321151/nawak/gif/ozone.gif

       Le papier tue-mouche se justifiait puisqu' un peu plus loin, des porcs logaient en soue. Et que, traditionnellement entre la Nöel et le premier de jour de l'an, on sacrifie  un "Monsieur".

Eloignez les enfants et les délicates ce blogue devient gore et goret.

http://www.archive-host2.com/membres/images/1336321151/balades/2007_noel/moussu.jpg


        La tue-cochon, la pèle-porc, une cérémonie sensuelle et religieuse, une fête lubrique et gastronomique, Eros et Thanatos, j'y avais assisté il y a très précisément environ quarante-cinq ans, rien n'a changé ou presque;Bruxelles a peut-être essayé d'apporter un peu d'hygiène, et le congélateur a remplacé les tupins (pots à confits).

        Nous ne heurterons pas notre jeune et délicat public avec des photos très crues (un jour aussi le gavage des oies et sa stéatose hépatique). Ne jetons pas les morceaux de nos cœurs aux pourceaux, perdons pas notre latin au profit des pantins, chantons pas la langue des dieux, pour les balourds, les fesse-Mathieu, les paltoquets, ni les bobèches, les foutriquets, ni les pimbêches. Conseillons aux gastro-sociologues de chercher "pèle-porc" sur n'importe quel moteur de recherche et les sites se présenteront par centaines.

        Terminons, bonnée musicante et suidée militariste par le martial  "Tiens, Voilà du Boudin"

http://www.archive-host2.com/membres/images/1336321151/balades/2007_noel/boudin.jpg


ti_bug_fck

Publié dans #balades

Repost 0
Commenter cet article

Ella 12/01/2008 09:36

eh bien je suis aux anges !j'ai mon renseignement Lapostolle !et une montée en crecendo de la nature idyliique aux victuailles roboratives bien loin des agapes assassines de canard !et moi mon souvenir c'est juste une sanquette de poulet en Languedoc mais comme j'étais toute petite c'était tout à fait rabelaisien !

Germinal 10/01/2008 20:47

Oh, divin LSM, c'est beau comme un Rembrandt ! Encore, encore, du sang, de la tripe, que ça dégouline !!!

nikita 10/01/2008 14:54

Ah! ben non! C'est une image pour gastro-enterologue! Et c'est pas du point de croix, là! Ca fume, ça saigne, attendez...je m'absente!!! Poouark ! Même ses petons sont prêts à devenir des "paquets".Pour la semaine, à venir, c'est sûr, je mangerai que du légumier. Moi, le souvenir, c'est pas d'une cérémonie sensuelle mais du sac de celui qui venait "s'occuper" du cochon: un sac de ménagère en moleskine noire, d'où dépassait de drôles d'engins, le fusil à aiguiser, le manche d'une scie, et ceux de ses couteaux. L'allure qu'avait cet homme avec ce sac... un ogre ne pouvait être pire.Quant à l'aspect gastronomique, bof! enfant, tout dégoutait. L'odeur du sang, chaud, était si pregnanteEt pas question de chanter "Tiens voilà du boudin..." face à ce gentil goret, virtualisé en pâtés et autres saucissonnailles, Thanatos assoiffé, vampire!! Vous envoie tous mes points de Croix!

Mirelha 10/01/2008 11:22

J'ai omis de vous signaler que dimanche prochain vous pouvez venir à Puichéric (petit village de l'Aude) pour la fête du cochon :
http://www.ladepeche.fr/article/2008/01/08/424477-Puicheric-14e-foire-du-cochon-dans-la-circulade.html
Bonne journée...

Mirelha 10/01/2008 11:08

Nous étions donc, je m'en doutais un peu, en Occitanie profonde, en pleine "crise de civilisation" puisque les insecticides n'y sont visiblement pas encore arrivés ! Quant au "monsieur" qu'on sacrifie en hiver, sachez qu'on l'appelle aussi "le Ministre" : va savoir pourquoi !!!!!