Ombilical

Publié le 10 Décembre 2007


Petit nombril, que mon penser adore

Petit nombril, que mon penser adore,
Et non mon oeil qui n'eut onques le bien
De te voir nu, et qui mérites bien
Que quelque ville on te bâtisse encore ;

Signe amoureux, duquel Amour s'honore,
Représentant l'Androgyne lien,
Combien et toi, mon mignon, et combien
Tes flancs jumeaux folâtrement j'honore !

Ni ce beau chef, ni ces yeux, ni ce front,
Ni ce doux ris ; ni cette main qui fond
Mon coeur en source, et de pleurs me fait riche,

Ne me sauraient de leur beau contenter,
Sans espérer quelquefois de tâter
Ton paradis, où mon plaisir se niche



Pierre de RONSARD (1524-1585) in "Premier Livre des Amours"

.

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

nahv 11/12/2007 06:20

ah le nombril ! siège de bien de plaisirs( cf les films : le nombril, le tambour, 9 semaines et demie, etc, etc... )plaisirs d'enfants, chatouillis juvénils, caresses adolescentes, douceurs adultes ...que nous aimons ces endroits cachés, ces replis humides, ces fondrières sucrées, ces monts , ces orbes, ces linéaments, ...pourquoi n'étudions nous pas ces poèmes de ronsard, louise labbé à l'école ?le plaisir, la sensualité, nous les découvrons souvent seul et nous les affrontons parfois trop tard ...

nikita 10/12/2007 10:50

Aaaaah! les nombrils! C'est vrai que c'est délicieusement joli,  et la poésie de Ronsard encore plus.Que pensez-vous des creux de bras, juste à la saignée?Ils sont parfois, bleu-vert et d'un nacré extraordinaire (enfin les miens!!!!)Mais mon nombril maintenant, il est en clé de sol, le pôvre...