Lundi mammaire et poétique

Publié le 6 Novembre 2005


 Du beau tétin 
 
Tétin refait, plus blanc qu'un oeuf,
Tétin de satin blanc tout neuf,
Tétin qui fais honte à la rose,
Tétin plus beau que nulle chose ;
Tétin dur, non pas Tétin, voire,
Mais petite boule d'ivoire,
Au milieu duquel est assise
Une fraise, ou une cerise,
Que nul ne voit, ne touche aussi,
Mais je gage qu'il est ainsi.
Tétin donc au petit bout rouge,
Tétin qui jamais ne se bouge,
Soit pour venir, soit pour aller,
Soit pour courir, soit pour baller.
Tétin gauche, Tétin mignon,
Toujours loin de son compagnon,
Tétin qui portes témoignage
Du demeurant du personnage.
Quand on te voit, il vient à maints
Une envie dedans les mains
De te tâter, de te tenir ;
Mais il se faut bien contenir
D'en approcher, bon gré ma vie,
Car il viendrait une autre envie.
 
Ô Tétin ni grand ni petit,
Tétin mûr, Tétin, d'appétit,
Tétin qui nuit et jour criez :
« Mariez moi, tôt mariez ! »
Tétin qui t'enfles, et repousses
Ton gorgerin de deux bons pouces,
À bon droit heureux on dira
Celui qui de lait t'emplira,
Faisant d'un Tétin de pucelle
Tétin de femme entière et belle.

Clément Marot (1635)

Rédigé par SAINT-AUBIN

Publié dans #pouasie

Repost 0
Commenter cet article

Shantti 15/11/2005 10:05

Voilà de quoi embellir votre réputation cher Monsieur de Sein :-)

Amarante 08/11/2005 08:15

Un tétin qui repousse un gorgerin de deux bons pouces je n'en n'ai jamais vu... il doit perforer les plus solides bâptistes quand il est éveillé ! ;o)



marilou 07/11/2005 22:16

Quel Marot d'heures ce poète!et si clément .

sylvie 07/11/2005 17:29

Et bien très cher ami, pour un Lundi vous commencez fort, mais que du bonheur dans ce joli texte.
Continuez à nous enchanter.
Bisous