L'heure de couture (Rouanet III)

Publié le 25 Octobre 2005

L'heure de couture.

"C'était le seul cours à propos duquel, les doigts occupés avec un fil et une aiguille on pouvait dire: je fais mes devoirs.
La couture avait l'odeur des soirs et une athmosphère d'après la classe.
Jamais on n'aurait mis une leçon d'Anglais ou de Français en fin de journée. On aurait eu trop peur que la concentration mentale fut médiocre. Mais coudre n'était pas estimé au même prix. Et tout l'affirmait.
Nous commencions par nous asseoir autrement, à l'envers du bureau sous prétexte de pouvoir monter les genoux et d'avoir libre jeu des bras. Nous avions le droit de nous grouper près de la fenêtre que l'été on ouvrait toute grande dans la rue .... "

 

Rédigé par SAINT-AUBIN

Publié dans #mtsa

Repost 0
Commenter cet article

La galette 04/11/2005 23:49

voilà, ...... ils sont là ces chefs d'oeuvre que j'ai pû admirer de très près lors de votre venue à Milly.
Merci tout simplement beau à regarder sans se lasser.

Valérie de Paris 27/10/2005 12:10

Et quand l'esquellent Mango aura l'esquellente idée de publier une rétrospective des œuvres brodées par MTSA ou Françoise Marchadier ? Je ne parle pas de grilles, hein, mais d'une anthologie de broderies ... Cela ferait de si beaux livres.

Ou alors chez Citadelles et Mazenod. ;-)

mimi 26/10/2005 17:46

merci pour ce bonheur partagé, pour ce brin d'air de la rue qui me faisait pensée au regard que j'avais sur la rue derrière les grilles de l'école ! ou je me sentais en prison ! pour moi, la vie était dehors, sauf au moment ou nous avions le tricot en préparatoire, personne ne nous a montrer la couture !

heureusement que je l'ai découverte plus tard !

merci vraiment pour tous les bonheurs que vous nous donnez et pour toute la poésie de vos textes !

mais comment remercier de tant de générosité ?

Ghislaine 26/10/2005 15:50

Cela a le délicieux parfum d'antan.
Depuis les cours de maths de TS ou de première S le vendredi de 16h à 18h j'ai connu ...

narmelle 26/10/2005 14:39

décidément, j'adore ce texte, ecrit comme brodé
merci patrick